Logo CFPTS

ZOOM sur nos formations métal

Interview de Manu Lacroix, formateur et référent du secteur « métal » du CFPTS.

Pour commencer, pourriez-vous nous parler de votre parcours ?
J'ai commencé par travailler en tant que constructeur dans le domaine de l'audiovisuel. J'ai ensuite bifurqué vers le théâtre, avec une première expérience au Théâtre National de Bretagne en 93. Ce qui m'a amené à travailler sur l'ensemble des productions de Matthias Langhoff en construction, régie plateau, exploitation... jusqu'en 2001. Par la suite, j'ai eu l'opportunité de travailler en tant que chef serrurier au Théâtre des Amandiers durant sept ans et demi, avant de rejoindre l'équipe du CFPTS en 2007.

Comment êtes-vous arrivé au CFPTS ?
C'est Daniel Besnard, l'ancien référent du secteur, qui s'apprêtait à partir à la retraite et qui m'a proposé de prendre le relais. J'aimais bien l'idée de pouvoir transmettre mes connaissances, développer des choses, en expérimenter d'autres, après plusieurs années de pratique professionnelle.

Comment décririez-vous l'offre de formation « métal » du CFPTS ?
Le secteur décor / accessoires du CFPTS réunit 5 sous-domaines : "métal", "construction", "accessoires", "peinture" et "CAO/DAO". L'offre « métal » se décline au travers de 8 formations : une formation longue de reconversion professionnelle, Serrurerie pour le spectacle, et sept formations courtes relevant plus du perfectionnement : soudure, soudure aluminium, construction aluminium, la forge, bijoux et accessoires de costumes, accessoires de scène, et mécanismes et articulations de petites machines pour le spectacle.

Peut-on qualifier la formation Serrurerie pour le spectacle de formation « phare » parmi l'offre métal ?
Tout à fait. C'est la plus longue et la plus complète car elle aborde les techniques de la serrurerie dans leur ensemble. Elle permet aussi d'acquérir une réelle polyvalence, chose que les théâtres recherchent de plus en plus. A l'issue de la formation, les stagiaires sont capables de travailler aussi bien dans la construction, la machinerie ou les accessoires. C'est notamment pour ces raisons que ce stage suscite une grande satisfaction chez les stagiaires.

Quel est le profil de ces stagiaires ?
La formation de serrurerie s'adresse aux personnes qui s'intéressent au spectacle et qui présentent une bonne aptitude au travail manuel. La plupart de nos stagiaires sont principalement des machinistes, des constructeurs ou des accessoiristes. On a aussi un nouveau public qui vient du cirque.

En fin de formation, les stagiaires sont amenés à travailler sur un projet collectif, pouvez-vous nous en dire plus ?
Les 7 dernières semaines de formation sont consacrées à une mise en situation professionnelle. Les stagiaires serruriers doivent réaliser une construction métallique. C'est un exercice collectif qui comprend l'ensemble des techniques abordées lors du stage. Cette année, ils ont réalisé une tournette* et un tampon**. Nos travaux de fin de stages sont définis par rapport aux demandes potentielles des théâtres et autres lieux de création et de diffusion. Actuellement s'opère un retour à la machinerie traditionnelle. C'est notamment pour ces raisons que nos choix pédagogiques se sont orientés vers une tournette pour la dernière session.

Et pour le reste des formations métal, y'a-t-il des changements en 2011 ?
Le stage "Bijouterie, bimbeloterie" devient Métal : bijoux et accessoires de costumes. Nous trouvions le terme « bimbeloterie » à la fois désuet et peu parlant, d'où ce changement d'intitulé. On aimerait aussi élargir son public en l'ouvrant davantage aux costumiers. Les stages "Dinanderie, ferblanterie" et "Corde à piano" ont été regroupés en un seul stage : Métal : accessoires de scène. Le but, c'est aussi de faire évoluer ce stage en introduisant plus de travail de mise en volume. Cela fait plusieurs années que nous souhaitions remanier ces stages. L'arrivée de Valia Sanz et de Gilbert Kadyszewski en tant que référents de ces formations a été déterminante. Valia est accessoiriste de costumes. Elle est aussi peintre décoratrice et fait de la sculpture. Gilbert a plusieurs casquettes lui aussi : chef serrurier, chef constructeur, sculpteur, ferronnier d'art. Le résultat était déjà très satisfaisant en 2010 : de plus en plus de stagiaires, une belle qualité de travail. Idem pour la forge, avec l'arrivée de Nicolas Loridan. Pour 2011, on compte continuer dans ce sens. Au CFPTS, on tâche de faire ce qu'on dit, les actes suivent nos paroles.

Puisqu'on parle de collaborations fructueuses, on peut aussi parler de l'arrivée de Jonathan Faustin Girault sur le stage Mécanismes et articulations de petites machines pour le spectacle?
En effet. Jonathan est une ressource très précieuse pour le CFPTS. Il travaille au Centre Pompidou en tant que responsable des œuvres automatisées. Son arrivée à fait décoller le stage dans une autre dimension. Notamment en introduisant plus d'automatisation. C'est un expert dans son domaine. Tout le monde se l'arrache.

La formation Construction aluminium s'est ajoutée à celle de Soudure aluminium dans l'offre de formation du CFPTS ? Pouvez-vous nous parler de cette formation ?
Le CFPTS a créé ce stage en réponse aux besoins de la profession et pour suivre l'évolution des techniques de construction. L'aluminium est beaucoup moins lourd que l'acier. Il est aussi beaucoup moins cher. C'est la raison pour laquelle les constructions, dans les ateliers, se réalisent de plus en plus en alu que ce soit pour les décors, la réalisation d'accessoires ou pour la machinerie. Par ailleurs, les techniques des postes à souder l'aluminium ont considérablement évolué, rendant le travail de l'alu beaucoup plus accessible.
Le stage Construction aluminium se compose de 3 semaines de soudure alu suivies de 5 semaines consacrées aux techniques de base de la construction en alu, sachant que les personnes qui maîtrisent déjà la soudure alu peuvent être dispensées des 3 premières semaines de formation pour se former seulement sur la partie construction.

Les formations métal du CFPTS s'appliquent-elles uniquement au domaine du spectacle vivant?
Pas forcément, les compétences acquises par les stagiaires sont aussi exploitables dans le domaine du cinéma, de l'audiovisuel, en gros aux projets qui font appel au décor éphémère. Par ailleurs, le CFPTS est, à ma connaissance, le seul organisme à proposer ce type de formation.

* mécanisme permettant d'intégrer un plateau tournant pour des changements de décors à vue
**ascenseur scénique

Pour consulter les photos de nos formations métal, cliquez ici

Recherche

Centre de Formation Audiovisuelle Démarche qualité

Formation continue
hors alternance et
en alternance

www.marque-nf.com

CNIL
TOUTES NOS ACTUS