1. Accueil
  2. Actualités

Trois questions à Pascal Ducos, Formateur pyrotechnie

 

ES / Vous êtes artificier, metteur en scène, spécialiste du Live mêlant musiciens, danseurs, circassiens, artistes et avec de la pyrotechnie. Quelle est votre actualité du moment, vos projets ?

Pascal Ducos / Je sors d’une grosse période de spectacles avec ma compagnie “Silex !” entre autres… 54 dates entre mai et octobre avec des créations au service de la musique, des arts du cirque, des sons et lumières et nos propres spectacles.

En ce moment, je travaille beaucoup sur le « feu naturel » au sein des spectacles qui mettent en œuvre des sculptures type Burning man ou des arts de la rue. Je fais aussi beaucoup de pyrotechnie « de proximité » avec des événements, des spectacles au milieu de la ville, autour du public…Et je suis en train de créer un nouveau spectacle mêlant Land Art, musique et feu qui s’appellera « Boléro con fuoco ». Con Fuoco signifie avec flamme et désigne en italien une manière d’interpréter un passage musical, un mouvement ou une œuvre qui fasse preuve d’une véhémente énergie ou d’une fervente passion. On y verra une sculpture de bois prendre feu, on y entendra les échos du Boléro de Ravel et on suivra la robe d’une danseuse de flamenco…je n’en dis pas plus…

ES/ Le CFPTS est très fier d’entamer une collaboration avec vous. Artificier connu et reconnu, artiste polyvalent, vous êtes très occupé : pourquoi faire de la formation en plus ?

Pascal Ducos / En fait j’ai toujours fait, d’une manière ou d’une autre, de la transmission. J’ai toujours aimé partager ce que je fais, le transmettre.
Aujourd’hui j’ai un peu plus de 50 ans, j’ai une expérience que je souhaite partager. Le compagnonnage est au cœur de mon parcours. Pendant 25 ans, j’ai conçu et réalisé des spectacles pour « fêtes&feux » et c’est tout naturellement que j’ai conçu la formation C4T2 pour eux. La formation synthétise le savoir réglementaire et l’historique. Je l’ai montée et créée en 2013 pour enrichir et ancrer le travail des artificiers et de ceux qui voulaient en savoir plus.

Je suis maintenant formateur pour Groupe F Formation. De même, la transmission du savoir est toujours présente dans le travail de ma compagnie. Silex accompagne des compagnies de spectacle vivant et conçoit pour elles les parties pyrotechniques, puis les accompagne dans la réalisation et la formation ses artistes ou ses techniciens pour assurer ces interventions en toute autonomie. Et enfin, j’ai toujours travaillé avec des jeunes et les initier à la pyrotechnie est un bonheur. Pour l’anecdote, j’ai eu le plaisir de voir deux jeunes se découvrir une vraie passion pour cet art il y a quelques années et être aujourd’hui avec groupe F sur un incroyable projet. C’est du bonheur, voilà pourquoi je fais de la formation.

ES/ Prendre en charge le stage Effets spéciaux de scène, un stage important pour nous, cela signifie quoi concrètement pour vous ?

Pascal Ducos / Je suis très content et très excité par ce challenge. Tout d’abord, je prends la suite de Franck Pelletier et de Pierre Lespagnol, c’est très important pour moi de marcher dans leur pas car leur travail est très riche. Puis, ce que je souhaiterais apporter ce sont des informations sur les pratiques liées aux nouveaux besoins dans ce domaine qui a beaucoup évolué dans les dernières années. Enfin, je vais tenter de répondre individuellement aux questions qui ont amené les stagiaires à s’inscrire à cette formation.

Je vais aussi essayer de partager mon expérience, très proche du terrain de la création ces dernières années et partager mes connaissances par exemple en montrant des vidéos de pratiques pyrotechniques du monde entier : les techniques ne sont pas les mêmes dans tous les pays et c’est très enrichissant et inspirant de les connaître.

Je souhaite rester très ancré dans la pratique et contextualiser les approches. C’est comme cela qu’a été construit ce stage : les parties règlementaires, très importantes dans ce domaine sont intégrées à la pratique. Pour moi il n’y a pas d’un côté la théorie (le règlementaire) et de l’autre la pratique. Dans les formations classiques on apprend peu la mise en œuvre dans le contexte, on apprend le geste technique, on apprend à faire l’effet. Moi je suis aussi intéressé à la mise en œuvre de cet effet en contexte, j’appréhende le geste pyrotechnique de manière globale : le geste technique, la prévention des risques, le contexte de l’évènement, la relation avec l’artistique…